UN VILLAGE DE RÊVE - (Roman - enquête policière et suspense) par Michèle ABRAMOFF

September 19, 2019

UN VILLAGE DE RÊVE - (Roman - enquête policière et suspense) par Michèle ABRAMOFF est disponible au téléchargement en format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez accéder à des millions de livres. Tous les livres disponibles pour lire en ligne et télécharger sans avoir à payer plus.

Titre de livre: UN VILLAGE DE RÊVE - (Roman - enquête policière et suspense)
Auteur: Michèle ABRAMOFF
Broché: 210 pages
Date de sortie: October 17, 2014
Éditeur: Michèle Abramoff

Michèle ABRAMOFF avec UN VILLAGE DE RÊVE - (Roman - enquête policière et suspense)

Présentation

Les veinards qui vivaient au Valaubois, à l'orée d'une forêt d'Ile-de-France, dans un village paradisiaque doté de luxueux équipements et protégé du monde extérieur par un haut mur d'enceinte et par des gardiens vigilants, étaient conscients d'être des privilégiés.
Mais il s'en passe parfois de drôles derrière les murs d'un village de rêve et, la vie au Valaubois, ce n'était pas tout à fait le paradis...



Extrait

En s'installant au "Valaubois", une élégante résidence fermée de la forêt de Fontainebleau, Julien Vigouroux était loin d'imaginer que, un peu moins d'un an plus tard, il serait le témoin (témoin, au sens policier du terme) de l'affaire la plus étrange de toute l'histoire criminelle de la région.
Le Valaubois faisait partie de la commune de Frémonville. C'était un village construit de toutes pièces, une cinquantaine de maisons réparties sur huit hectares et protégées par un mur d'enceinte de plus de trois mètres de haut qui s'enfonçait en serpentant dans la forêt. Situées à bonne distance les unes des autres, du début du printemps à la fin de l'automne, on ne pouvait que les deviner, dissimulées par les buissons et par le feuillage dense des grands hêtres. Mais l'hiver, en passant en voiture dans les allées, on apercevait de loin en loin leurs façades entre les troncs dénudés comme derrière d'épais barreaux. Habilement nichées au creux des branches, à peu près invisibles puisqu'il fallait lever la tête et tendre le cou pour les voir, les caméras qui jalonnaient le parcours filmaient les résidents et les visiteurs jour et nuit.
(...)
Julien n'était pas naïf. Il n'ignorait pas que, dans un groupe social d'environ cent cinquante personnes quel qu'il soit, il se trouve toujours un individu au cœur froid et au cerveau calculateur que ça ne dérangerait pas plus que ça d'en dézinguer un autre à condition d'être sûr de l'impunité. Enfin, Dieu merci, depuis presque un an que le village avait été inauguré, tout allait pour le mieux au Valaubois.
Tout allait trop bien, peut-être ? En y repensant, après que se furent produits les fâcheux événements dont il va être question, Julien Vigouroux se rappelait qu'à un moment il avait ressenti une vague inquiétude, comme un pressentiment.
(...)
Treize mois après l'inauguration du village, le dimanche 10 juin, l'un de ses proches voisins organisa une réception pour fêter l'anniversaire de son frère, réception à laquelle Julien fut invité.
A son arrivée, aux environs d'une heure, il s'agissait d'une garden-party, une vingtaine de personnes se trouvaient déjà sur la pelouse. Un buffet bien garni était dressé sous un dais de toile blanche à l'ombre des arbres. Il faisait un temps radieux, comme s'en félicitaient les dames présentes, habillées de robes légères généreusement décolletées ou offrant aux bons endroits de suggestives transparences. Quelques-unes s'étaient coiffées de chapeaux de paille à large bord, ornés de rubans de couleur vive dont les pans voletaient gracieusement sur leur nuque. Ces chapeaux un peu tralala (un peu "garden-party à l'Elysée" au siècle dernier) étaient censés les protéger du soleil, qui tapait dur, en effet, pour un mois de juin. A l'heure solaire, il n'était en réalité que onze heures, ce qui présageait un après-midi caniculaire...